Retour aux Paroles d'éditeur
  • Print

Écrits biographiques

De « Vies des hommes illustres » créé en 1926 à « NRF Biographies » aujourd'hui, les écrits biographiques (essais ou témoignages) figurent en bonne place dans le catalogue de la maison Gallimard.

André Maurois. Vie de Disraëli, Gallimard, 1927 (« Vies des Hommes illustres »)

Vie de Disraëli par André Maurois,
1927 (« Vies des Hommes illustres »)

Si la littérature a toujours fait la gloire de Gallimard, les mémoires, les portraits, les récits de vie ont tôt eu leur place dans le catalogue de la maison. Dès 1926 est créée la collection « Vies des hommes illustres» qui a pour dessein, écrit Gaston Gallimard, « de montrer le côté romanesque de la vie des grands hommes quels qu’ils soient, politiciens, capitaines, ou aventuriers ». Vie de Disraëli d’André Maurois, avec plus de 200 000 exemplaires, est le grand succès de la collection. Dans la longue liste des ouvrages qu’elle allait accueillir, on trouve également une Vie de Théophraste Renaudot (1929), cosignée par Jean Giraudoux, Max Jacob, Joseph Kessel, Jacques de Lacretelle, Pierre Mac Orlan, Paul Morand…
Puis viendront d’autres collections dont les titres disent assez le projet — « Vies légendaires» et « Mémoires révélateurs» (1928), « Les contemporains vus de près» (1930), « Leurs figures» (1934), dont la plaquette de lancement précise qu’elle portera sur « tous les grands personnages de l’histoire vus par les meilleurs auteurs modernes ».

On y trouve notamment, Flaubert d’Albert Thibaudet, Kafka de Max Brod, le Staline d’Isaac Deutscher, le Fouquet de Paul Morand (repris en « Folio histoire »), mais aussi un Beethoven et un Madame Récamier et ses amis dus à la plume d’Édouard Herriot.

Laurence Campa, Guillaume Apollinaire , Gallimard, 2013 (« NRF Biographies »)

Guillaume Apollinaire
par Laurence Campa,
2013 (« NRF Biographies »)

La vie des collections n’étant jamais éternelle, on cherche constamment à en renouveler l’esprit. En 1937 est créée « La connaissance de soi», suivie de « Mémoires du passé pour servir au temps présent» (1942), de « Mémoires du temps présent» (1957), de « Vies parallèles» (1978)… Leur trait commun ? La volonté de pénétrer le secret des existences singulières en exhumant leur expérience du passé.
Tel demeure aujourd’hui encore le projet de « NRF Biographies» fondée en 1988 : non point offrir l’inventaire exhaustif d’un destin d’exception, mais reconstituer les traits et les circonstances, éclatants ou méconnus, qui le mettent au jour, interroger la fabrique du génie ou de la grandeur humaine, dans ce qu’elle peut avoir de meilleur, mais aussi de pire.

Ran Halévi
« NRF Biographies»

© Éditions Gallimard