Catalogue historique

Un siècle d'édition

« Décidément, j'aime les catalogues, c'est presque aussi beau qu'un indicateur de chemin de fer, on y
voyage. » (Gaston Gallimard, 1916)
On pourrait écrire sans effort une histoire de la littérature et des idées au XXe siècle à la lecture du seul catalogue des Éditions Gallimard. Derrière la célèbre couverture blanche aux filets rouges et noir siglée NRF se cache la richesse d’un catalogue aux multiples facettes, de la « Série noire » à la « Pléiade », du livre pour enfants aux collections de sciences humaines. Tout lecteur peut y trouver son bien, avant même d’entrer dans le secret des choix, raisons et pratiques qui sont le propre de la « fabrique éditoriale ».
 
Téléchargez l'historique

  • 1939-1945
    1945-1970

    D'un Gallimard l'autre

    Les Éditions Gallimard sortent de la guerre avec le souhait de reprendre au plus tôt une activité éditoriale intense, tant en termes de nouveautés que de réimpressions. Les bonnes ventes de la « Pléiade », les succès de librairie (Autant en emporte le vent, Le Petit Prince…), leur permettent de mener une politique de développement volontariste, notamment avec la « Série noire » de Marcel Duhamel, « L’Encyclopédie de la Pléiade » de Raymond Queneau puis « L’Univers des formes » d’André Malraux… De nouvelles collections sont créées, à l’image de « Espoir », « La Plume au vent » ou « La Croix du Sud »…

    Lire la suite

    Chez Gallimard, un « directeur de collection est à lui tout seul une petite maison d’édition ». Avec Raymond Queneau, Albert Camus, Jean Paulhan, André Malraux, Roger Caillois, Jacques Lemarchand, Michel Leiris, Etiemble, Marcel Duhamel, Michel Mohrt, Roger Nimier, Pierre Lazareff, Georges Lambrichs, la vie éditoriale s’épanouit, tant en littérature française – avec Adamov, Char, Des Forêts, Duras, Gary, Genet, Ionesco, Jaccottet, Prévert, puis Yourcenar, Le Clézio, Tournier ou Modiano… – qu’étrangère, avec Borges, Cortázar, Miller, Styron, Roth, Pasternak, Kerouac, Mishima, Bernhard, Handke ou Kundera…
    Les essais ne sont pas en reste, avec notamment Raymond Aron, Jean-Paul Sartre, Maurice Merleau-Ponty et Simone de Beauvoir, qui publie Le Deuxième Sexe en 1949. François Erval, Jean-Bertrand Pontalis et Pierre Nora donnent, au travers de leurs nouvelles collections, une nouvelle mesure et une audience amplifiée au département de sciences humaines, marqué par la publication en 1966 des Mots et les choses de Michel Foucault et l’essor de la nouvelle histoire (Georges Duby, Emmanuel Le Roy Ladurie, Jacques Le Goff...).
    Depuis la fin des années 1930, les frères Gallimard ont installé leurs fils et neveux au sein de la Maison. Mais une sévère crise de succession éclate à la fin des années 1950, tandis que l’entreprise est déjà largement menée par Claude, fils unique de Gaston. La mort accidentelle, en 1960, de Michel Gallimard, fils de Raymond, et d’Albert Camus met un terme tragique à cette querelle. Durant les années 1950, Claude Gallimard posera les fondations d’un groupe éditorial, avec le rachat des Éditions Denoël, du Mercure de France et de la Table Ronde. Cette évolution, simultanée à celle du groupe Hachette, distributeur et diffuseur de Gallimard depuis 1932, tend les relations entre les deux partenaires historiques. La rupture intervient en 1970, Gallimard prenant son autonomie commerciale.

    Fermer
    • 1/
    • 1/
    • 1/
    1945-1970