Catalogue historique

Un siècle d'édition

« Décidément, j'aime les catalogues, c'est presque aussi beau qu'un indicateur de chemin de fer, on y  voyage. » (Gaston Gallimard, 1916) On pourrait écrire sans effort une histoire de la littérature et des idées au XXe siècle à la lecture du seul catalogue des Éditions Gallimard. Derrière la célèbre couverture blanche aux filets rouges et noir siglée NRF se cache la richesse d’un catalogue aux multiples facettes, de la « Série noire » à la « Pléiade », du livre pour enfants aux collections de sciences humaines. Tout lecteur peut y trouver son bien, avant même d’entrer dans le secret des choix, raisons et pratiques qui sont le propre de la « fabrique éditoriale ».   Téléchargez l'historique

  • 1911-1919
    1911-1919

    Le comptoir d'édition

    Les premiers livres des Éditions de la Nouvelle Revue française paraissent en juin 1911 : L’Otage de Paul Claudel, Isabelle d’André Gide et La Mère et l’enfant de Charles-Louis Philippe. Le modeste « comptoir d’édition » qui les fait paraître est celui de La NRF, revue de littérature et de critique créée en 1909 par un groupe d’écrivains réunis autour d’André Gide. Comme ils le font déjà pour la revue, André Gide et Jean Schlumberger sont prêts à assumer les frais de la jeune maison d’édition. Mais il faut un homme pour gérer l’affaire : ce sera Gaston Gallimard.

    Lire la suite

    André Gide a fait la connaissance de Gaston Gallimard en 1906. Le jeune homme, dont le père est propriétaire du Théâtre des Variétés et collectionneur de peintures, de gravures et de livres rares, est un élégant représentant de la bohème bourgeoise de la rive droite. Né le 18 janvier 1881, familier des milieux artistes, il n’a encore rien sacrifié de son dilettantisme lorsque Jean Schlumberger lui propose, en octobre 1910, de prendre la gérance du comptoir d’édition. Gaston a du goût, des relations et, semble-t-il, quelque fortune. C’est un bon parti pour La NRF. Le 31 mai 1911, Gaston Gallimard signe avec André Gide et Jean Schlumberger l’acte qui donne naissance aux Éditions de la NRF.
    La proximité entre la revue et la maison d’édition est fructueuse. Le catalogue des Éditions s’enrichit d’auteurs de La NRF (André Gide, Paul Claudel, Saintleger Leger, Léon-Paul Fargue, Jacques Rivière, Valery Larbaud, André Suarès, Jules Romains, Jean-Richard Bloch…) comme d’écrivains venus directement à elles (Pierre Drieu la Rochelle, Roger Martin du Gard…).
    Même ralentie par les contraintes et circonstances de guerre, l’activité des Éditions se prolonge durant le conflit, sous la vigilance de Gaston Gallimard : c’est ainsi que paraît en 1917 La Jeune Parque, marquant le grand retour de Paul Valéry à la poésie ; publié en juin 1919 par les Éditions de la NRF, À l’ombre des jeunes filles en fleurs de Marcel Proust (qui s’était vu refuser par André Gide et Jean Schlumberger la publication du premier volume de À la recherche du Temps perdu…) reçoit le prix Goncourt 1919.
    En juin 1919, Gaston Gallimard crée la Librairie Gallimard avec son frère Raymond et son ami Emmanuel, dit Maney, Couvreux, tout en imposant Jacques Rivière à la direction de la revue.

    Fermer
    • 1/
    • 1/
    • 1/
    1911-1919