Page précédente
  • Imprimer

La Relation à l'Autre de Dominique Schnapper. Entretien

Rencontre avec Dominique Schnapper, à l'occasion de la parution de La Relation à l'Autre en janvier 1998.

En quoi selon vous la Relation à l'Autre est-elle au cœur de la pensée sociologique ?

Dominique Schnapper — La sociologie n'a cessé, depuis ses origines, de penser la question de l'Autre, que ce soit en termes de classes, de groupes, de communautés, de collectivités historiques, pour s'en tenir à ses grands concepts opératoires. Critique par nature, elle s'interroge sur le sens des écarts qu'elle observe entre les réalités sociales et les principes affichés. Et parmi ces principes, au premier chef, le principe de citoyenneté qui organise effectivement les sociétés démocratiques, bien qu'il procède au renversement du monde social puisqu'il affirme l'égalité juridique et politique d'individus inégaux.

Étudier comment la sociologie a pensé l'Autre permet donc de faire l'histoire de cette discipline ?

Dominique Schnapper — Oui. Dès l'origine, la sociologie a voulu se distinguer de l'anthropologie, qui s'intéressait à l'Autre exotique, lointain. En étudiant d'abord dans les sociétés occidentales les préjugés et les discriminations, la genèse et les pratiques du racisme, les minorités ethniques ou culturelles, l'assimilation des immigrants, les relations concrètes entre les groupes dits ethniques, les origines économiques, politiques et idéologiques des nations et des nationalismes, l'enquête sociologique montre les tensions ou les contradictions entre le principe de l'égalité juridique et politique revendiqué dans les sociétés modernes et les diversités et les inégalités de l'ordre économique et social. Par ses interrogations, elle déploie en quelque sorte dans le temps une certaine histoire de la démocratie.

Vous prêtez une attention particulière à ce qu'on peut appeler les « styles nationaux » de la sociologie. Pourquoi ?

Dominique Schnapper — Le sociologue mène ses enquêtes et forge ses concepts dans une société particulière, dans une tradition intellectuelle marquée par les réalités nationales. En cela, la sociologie se structure autour de styles nationaux qui n'ont ni la même origine, ni les mêmes objets premiers. Voyez, par exemple, ce qui préoccupe les grandes traditions sociologiques : pour Durkheim, c'est le défi de l'intégration républicaine ; pour Max Weber, l'interaction des hommes en société ou en communauté ; pour la sociologie anglaise, l'héritage de l'Empire et pour les Américains, à la suite de l'école de Chicago, c'est la ségrégation des Noirs.

Votre ouvrage appelle en quelque sorte les sociologues à penser ce qu'ils font ?

Dominique Schnapper — D'une certaine manière, oui. L'analyse de la sociologie des relations interethniques comme enquête sur les effets et les limites de la citoyenneté moderne se révèle être le meilleur angle d'attaque pour comprendre aujourd'hui ce qu'est la nature de la pensée sociologique en démocratie : un effort de connaissance rationnelle de l'ordre social qui universalise par principe des données objectives toujours particulières.

© Éditions Gallimard