Retour aux documents
  • Print

La « Série Noire » en quelques dates

Chronologie indicative (1945-2015).

1945

Peter Cheney, La Môme vert-de-gris, Gallimard, 1945 (« Série Noire »)

 

Naissance de la « Série Noire » avec la parution de deux titres de Peter Cheyney :

  • Juillet : La Môme vert-de-gris (n° 1),
  • Août : Cet homme est dangereux (n° 2)

Les volumes de la collection créée par Marcel Duhamel sont brochés, sous couverture noire bordée de blanc, avec un traitement typographique blanc et jaune.

1946

  • Parution de Pas d’orchidées pour Miss Blandish de James Hadley Chase (n° 3), qui publiera à la « Série Noire » près d’une soixantaine de romans en vingt ans.

1948

Peter Cheney, De quoi se marrer, Gallimard, 1948 (« Série Noire »)

 
  • Réorganisation et « renforcement » de la collection au cours du premier semestre sous l’impulsion de Claude Gallimard.
  • Juillet : passage de deux titres par an à deux titres par mois. Publication des deux premiers volumes « nouvelle manière » : De quoi se marrer de Peter Cheyney (n° 9) et La Chair de l’orchidée de James Hadley Chase (n° 10), dans des volumes cartonnés sous jaquette blanche et noire, bientôt suivis de Dans la peau de James M. Cain (n° 11).
  • Marcel Duhamel prend officiellement la direction de la collection (contrat du 15 septembre 1948).
  • Décembre : entrée au catalogue du premier auteur français de la « Série Noire », avec La Mort et l’Ange de Terry Stewart (n° 18).

1949

  • Apparition des premières annonces publicitaires sur les jaquettes.
  • Février : entrée au catalogue de Dashiell Hammett avec La Clé de verre (n° 23).
  • Septembre : parution des Femmes s’en balancent (n° 22), dernier titre de Peter Cheyney publié dans la « Série Noire ».
  • Octobre : création de la « Série blême » (première déclinaison de la « Série Noire » dédiée aux « Suspense Stories ») avec J’ai épousé une ombre de William Irish. Le projet de créer une « Série rouge » consacrée aux romans purement policiers n’aboutit pas.
 

William Irish, J’ai épousé une ombre, Gallimard, 1949 (« Série Blême »)

 

Annonce publicitaire au dos d'une jaquette de la « Série Noire », 1949. Archives Éditions Gallimard

1950

  • Jean Meckert, sous le pseudonyme John Amila, publie Y’a pas de bon Dieu ! (n° 53).

1952

L'équipe de la « Série noire », 1953. Photo DR

 

André Piljean, Albert Simonin et Louis Malley, trois auteurs de la Série Noire primés. Encart publicitaire pour la Série Noire, 1953. Archives Éditions Gallimard

 
  • André Piljean obtient le premier Grand Prix de Littérature policière de la collection pour Passons la monnaie ! (n° 98), paru en 1951.
  • Le prix des Deux-Magots est attribué à Touchez pas au Grisbi ! d’Albert Simonin (n° 148).

1954

  • Publication de Du rififi chez les hommes, d’Auguste le Breton (n° 185) et du Gorille vous salue bien de A.-L. Dominique (n° 220), premier opus de la série des exploits de Géo Paquet, dit le Gorille, agent des services spéciaux.

1955

  • La « Série Noire » a 10 ans. Plus de dix millions d’exemplaires ont été vendus depuis la création de la collection. Son catalogue compte plus de 230 titres, les ventes moyennes sont supérieures à 40 000 exemplaires.
 

Catalogue de la Série noire, 1955

1956

  • Charles Williams obtient le Grand Prix de Littérature policière pour Peaux de bananes (n° 294).
  • Parution de Du balai ! (n° 341), premier épisode de la chronique du 87e District d’Ed McBain, mettant en scène les enquêtes d’une brigade d’inspecteurs dans la ville fictive d’Isola, transposition de Manhattan.

1958

  • Février : Le Deuxième souffle, de José Giovanni (n° 414), mettant en scène un personnage inspiré d’un caïd marseillais, est le premier ouvrage à bénéficier d’un changement de maquette pour une couverture brochée glacée.
  • Mars : parution de La Reine des Pommes de Chester Himes (n° 419). Plus de 80 000 exemplaires de l'ouvrage, récompensé par Grand Prix de Littérature policière, sont vendus.

1959

  • À Pâlir la nuit (n° 477), premier titre de Carter Brown dans la « Série Noire ». La collection comptera plus d’une centaine de titres de l’auteur anglais repéré par Claude Gallimard.

1960

  • Sortie du les écrans de Tirez sur le pianiste, par François Truffaut d’après le livre éponyme de David Goodis paru en 1957 (n° 379).
  • Avec la parution du Cyclope exorbité d’Edward S. Aarons (n° 580), les romans d’espionnage que distingue une bande jaune s’implantent durablement à la « Série Noire ». On espère relancer par ce biais les ventes de la collection.

1961

  • 1er février : entrée de Robert Soulat à la « Série Noire » en qualité de traducteur, à la suite d’une annonce passée par Marcel Duhamel dans l’édition du Monde du 21 janvier.
  • Juin : publication de In ze pocket de Walter S. Tevis (n° 643), traduit par Duhamel et adapté la même année au cinéma par Robert Rossen, sous le titre L’Arnaqueur, avec Paul Newman.

1963

  • Mars : sortie de Mélodie en sous-sol, réalisé par Henri Verneuil d’après le roman éponyme de John Trinian (n° 684), avec Jean Gabin et Alain Delon.
  • Novembre : sortie des Tontons flingueurs, film parodique de Georges Lautner et Michel Audiard, d’après Grisbi or not grisbi d’Albert Simonin paru en 1955 (n° 260).

1964

  • Apparition des premiers ouvrages estampillés « suspense » au moyen d’une bande rouge.

1965

  • Novembre : sortie de Pierrot le fou, par Jean-Luc Godard et avec Jean-Paul Belmondo, d’après Le Démon d’onze heures de Lionel White, paru deux ans auparavant (n° 803).

1966

  • Janvier : la « Série Noire » fête la publication du n° 1000 de la collection, 1275 âmes de Jim Thompson. Le 19, la librairie La Pochade, boulevard Saint-Germain à Paris, organise une « Cocktail-Fiesta » en l’honneur de la « Série Noire ».
  • Parution de Crème anglaise de Robin Cook (n° 1042).
 

Jim Thompson, 1275 âmes, Gallimard, 1966 (« Série Noire »)

 

« L'homme-livre », installation en vitrine de La Pochade, bd Saint-Germain (Paris), à l'occasion de l'exposition célébrant la parution du n° 1000 de la Série Noire, février 1966. Archives Éditions Gallimard

1967

  • Création avec Hachette de « Poche Noire », permettant une deuxième exploitation du fonds à prix réduit, et où sont publiés les épuisés de la « Série Noire ».

1968

  • Publication des Morfalous de Pierre Siniac (n° 1244).
  • Sortie de Bullit de Peter Yates et avec Steve McQueen, d’après Silence de mort de Robert L. Pike, paru en 1965 (n° 951).

1969

  • Parution de Drôle de pistolet de Francis Ryck (n° 1249), récompensé par le Grand Prix de Littérature policière, et adapté en 1973 par Claude Pinoteau au cinéma, sous le titre Le Silencieux, avec Lino Ventura.

1970

  • Décembre : Marcel Duhamel accorde un entretien au Nouvel Observateur à l’occasion des 25 ans de la collection (« Les vingt-cinq bougies de la môme en noir », 28 décembre 1970). Au journaliste qui s’inquiète de l’avenir de la collection, Duhamel répond : « Il n’y a pas de raison de désespérer de l’immoralité publique. »

1971

  • Entrée de Jean-Patrick Manchette dans la collection avec la publication de L’Affaire N’Gustro (n° 1407) et de Laissez bronzer les cadavres (n° 1394) co-écrit avec Jean-Pierre Bastid. Suivront, entre autres, Nada (n° 1538, 1972), Que d’os (n° 2456, 1976) et La Position du tireur couché (n° 1856, 1981).
  • Publication de B comme Baptiste de Janine Oriano (n° 1391), première romancière française à la « Série Noire », et de La Divine Surprise d’A.D.G. (n° 1429).

1972

Bill Pronzini, Qui traque-t-on ? Gallimard, 1972 (« Série Noire »)

 

Affichette illustrée par Tardi pour « Carré Noir », collection de poche dirigée par Marcel Duhamel. Archives Éditions Gallimard

 
  • Les livres de la « Série Noire » sont dotés en janvier d’une nouvelle couverture, revue par Massin, où le choix d’une typographie plus contemporaine met en valeur les noms de l’éditeur et de la collection. Le monogramme NRF disparait.
  • « Carré Noir » succède à la « Poche Noire », après que Gallimard a mis fin à son contrat de diffusion avec Hachette. Les titres phares de la « Série Noire »  sont repris dans « Carré Noir » qui publie par ailleurs des inédits de James Hadley Chase et de Carter Brown. 

1973

  • Marcel Duhamel signe Raconte pas ta vie, livre de mémoires publié au Mercure de France.
  • Le Grand Prix de Littérature policière est attribué à Jean-Patrick Manchette pour Ô dingos, ô châteaux !, paru l’année précédente (n° 1489).

1974

  • L’équipe de la « Série Noire » s’installe dans les sous-sols voutés de la NRF.
  • Juillet : création de « Super Noire », nouvelle déclinaison de la « Série Noire » dont elle se distingue par une illustration en noir et blanc en couverture, une pagination plus importante et un prix plus élevé. Les inédits sont désormais publiés sous ce label.
  • Premier titre à paraitre en « Super Noire » : Adieu Poulet ! de Raf Vallet, auteur dans la « Série Noire » du remarqué Mort d’un pourri en 1972 (n° 1527). Le livre reçoit le Prix Mystère de la Critique, organisé par Mystère-Magazine qui l’a élu « meilleur roman policier 1974 ». Il est adapté l’année suivante au cinéma par Pierre Granier-Deferre.
 

Raf Vallet, Adieu Poulet !, Gallimard, 1974 (« Super Noire »)

1977

  • 6 mars : décès de Marcel Duhamel. Robert Soulat, entré à la « Série Noire » en 1961, reprend les rênes de la collection.
  • Parution en « Super Noire » de Marilyn la dingue (juillet), Zyeux-Bleus (septembre) et Kermesse à Manhattan, la trilogie d’Isaac Sidel signée Jerome Charyn.

1978

  • Parution de Mardi-Gris, le premier roman d’Hervé Prudon (n° 1724).
  • Joseph Bialot reçoit le Grand Prix de Littérature policière pour son premier roman, Le Salon du prêt à saigner (n° 1749).

1979

Joseph Bialot, Babel-ville, Gallimard, 1979 (« Série Noire »)

 
  • La « Série Noire » adopte une nouvelle maquette de couverture, illustrée par un dessin ou une photographie dans un cartouche circulaire.
  • Sortie du film Série noire, adaptation par Alain Corneau  des Cliques et des cloaques de Jim Thompson paru en 1967 (n° 1106).
  • Avril : interruption de « Super Noire ». 133 livres ont paru dans la collection. 

1980

  • Sortie de Trois hommes à abattre, adaptation par Jacques Deray du Petit Bleu de la côte ouest de Jean-Patrick Manchette publié en 1976 (n° 1714).

1981

  • Pierre Siniac, Grand Prix de Littérature policière pour deux recueils de nouvelles, L’Unijambiste de la côte 284 (n° 1773) et Reflets changeants sur mare de sang (n° 1776).
  • Après sept ans de silence, Jean Amila publie Le Pigeon du faubourg. Au balcon d’Hi­roshima, paru quatre ans après, reçoit le prix Mystère de la critique.

1983

  • Publication de 55 de fièvre de Tito Topin (n° 1905), où apparait le personnage d’Émile Gonzales (alias le commissaire Navarro dans la série télévisée diffusée par TF1).

1984

  • La « Série Noire »  ouvre son catalogue à quatre nouveaux auteurs français : Didier Daeninckx avec Meurtres pour mémoire (n° 1945, Grand Prix de la Littérature policière), Thierry Jonquet avec Mygale (n° 1949), Marc Villard avec Ballon mort (n° 1964) et Jean-Bernard Pouy avec Nous avons brûlé une sainte (n° 1967).
  • Le Prix Mystère de la Critique 1984 est attribué à Tito Topin pour 55 de fièvre (n° 1905, 1983)  et à Robin Cook pour On ne meurt que deux fois (n° 1919, 1983)

1985

  • La Bête et la belle de Thierry Jonquet  est le 2000e numéro de la collection
  • Au bonheur des ogres, premier roman de Daniel Pennac, est publié dans la « Série Noire » (n° 2004) : le premier volume de la saga des Malaussène atteint 40 000 exemplaires en édition courante.
 

Thierry Jonquet, La Bête et la belle, Gallimard, 1985 (« Série Noire »)

 

Daniel Pennac, Au bonheur des ogres, Gallimard, 1985 (« Série Noire »)

1988

  • Mai : interruption de « Carré Noir ». La collection compte 586 numéros.

1989

  • Tonino Benacquista fait son entrée dans la collection, avec La Maldonne des sleepings (n° 2167).

1991

  • Antoine Gallimard confie au romancier et critique Patrick Raynal la direction de la collection, qui l’ouvre, notamment, aux pays nordiques avec Matti Yrjänä Joensuu, à la Russie avec les frères Vaïner, et au continent africain avec Moussa Konaté et Aïda Mady Diallo.

1992

Allan C. Weisbecker, Cosmix Banditos, Gallimard, 1992 (« Série Noire »)

 
  • Janvier : publication de Cosmix Banditos d’Allan C. Weisbecker (n° 2288). À partir de ce titre, les couvertures se rapprochent de la maquette originelle de la collection (disparition des illustrations, fond noir, titraille jaune, retour du monogramme NRF).
  • Avril : Patrick Raynal crée « La Noire », une collection de grand format dédiée plus spécifiquement au roman noir, qui permet d’accueillir James Crumley à la NRF (Un pour marquer la cadence).

1994

  • Adaptation pour la « Série Noire » d’Œdipe Roi par Didier Lamaison (n° 2355).
  • Parution de La Foire aux serpents d’Harry Crews (n° 2359)

1995

  • Parution des Racines du mal de Maurice G. Dantec (n° 2379), livre hors norme de plus de 600 pages. Son premier ouvrage dans la collection, La Sirène rouge (n° 2326), a paru en 1993.
  • 12 juin. La collection fête son 50e anniversaire dans les jardins de la NRF.
  • Parution de Total Khéops de Jean-Claude Izzo (n° 2370), premier volume de la trilogie de Fabio Montale. 
 

Jean-Claude Izzo, Total Khéops, Gallimard, 1995 (« Série Noire »)

1996

  • Octobre : parution de La Religion des ratés de Nick Tosches (n° 2437).

2001

  • Octobre. La « Série Noire » passe au format semi-poche (125 x 190 mm). Les illustrations font leur réapparition sur les couvertures, annonçant un traitement différencié de chaque volume.
 

Didier Daeninckx, 12, rue Meckert, Gallimard, 2001 (« Série Noire »)

2005

Caryl Férey. Mapuche, Gallimard, 2012 (« Série Noire »)

 
  • Aurélien Masson devient directeur de la « Série Noire ».
  • La « Série Noire » passe au grand format et abandonne la numérotation. Elle publie désormais 15 titres par an.

Auteurs et titres publiés en « Série Noire » depuis 2005 

2015

  • À l’occasion de son 70e anniversaire, la « Série Noire » adopte une nouvelle maquette illustrée reprenant le liseré blanc et les couleurs noir et jaune emblématiques de la collection.
 

Autour de la collection

DOA. Pukhtu. Primo, Gallimard, 2015 (« Série Noire »)

Dominique Manotti. Or noir, Gallimard, 2015 (« Série Noire »)

Elsa Marpeau. Et ils oublieront la colère, Gallimard, 2015 (« Série Noire »)

Jo Nesbø, Du sang sur la glace, Gallimard, 2015 (« Série Noire »)

Marcus Sakey. Les Brillants, Gallimard, 2015 (« Série Noire »)

D’après C'est l'histoire de la Série Noire. Édition publiée sous la direction d'Alban Cerisier et Franck Lhomeau
avec la collaboration d'Aurelien Masson, Claude Mesplède, Patrick Raynal et Benoît Tadié, Gallimard, 2015.

© Éditions Gallimard