Page précédente
  • Imprimer

En savoir plus sur la collection Quarto

La collection « Quarto », créée par Françoise Cibiel en 1995, rassemble des recueils et des œuvres intégrales de classiques (anciens et contemporains, français et étrangers) de la littérature et des sciences humaines, dans des éditions brochées volumineuses et souples — telles qu'on les pratique en France depuis la fin des années 1970.
À ses débuts, la collection affiche une triple ambition : éditer des livres de référence, réunir des textes d'historiens autour d'un thème central, proposer enfin, plus simplement, un ensemble cohérent d'œuvres littéraires d'un même auteur en un volume. Ce programme a été respecté. Les monumentales entreprises de l'Inventaire Voltaire et du Journal de la France et des Français, la réédition enrichie du Dictionnaire de synonymes de Bertaud du Chazaud ressortissent à la première ambition. La seconde est mise en œuvre par la reprise des essais et études de Georges Dumézil, Georges Duby, Jacques Le Goff, Ernst Kantorowicz ou encore Cioran, Michel Foucault, Simone Weil, Hannah Arendt, Paul Bénichou, Raymond Aron, Bernard Lewis et Mona Ozouf. La troisième enfin a été satisfaite par la publication d'œuvres du domaine public (Dumas, Hugo…) et les rééditions de textes, le plus souvent issus du fonds Gallimard, tant poétiques que romanesques.

Création : 1995
Nombre de titres parus : 124
Nombre d'auteurs édités : 104 (hors collectif)
Ventes depuis parution : 1 460 240 d’ex.
Meilleure vente : Marcel Proust. À la recherche du temps perdu (1999) : 82 600 ex.

Les premiers titres :
Cioran. Œuvres et Georges Dumézil. Mythe et épopée (12 mai 1995)

Toutes les parutions

« Notre intention n'est pas de reproduire la totalité de l'œuvre, mais d'apporter la matière à une réévaluation, et — s'il est encore besoin — les arguments au service d'une pensée. » (Guy Lobrichon, préface à L'Art et la société de Georges Duby, collection Quarto, 2002)

Quelques volumes de la collection Quarto

La comparaison avec la « Pléiade » vient légitimement à l'esprit. En quoi les deux collections se complètent-elles, au-delà de leur distinction de prix et de forme ? Première remarque : « Quarto » ne donne pas d'appareils critiques équivalents à ceux de la « Pléiade » ; ce n'est pas sa vocation. Elle s'accorde volontiers la publication d'illustrations et de documents autour de l'œuvre et de l'auteur, in-texte ou dans le cadre d'un appendice intitulé « Vie et œuvre ». Mais elle limite au strict nécessaire l'annotation, offrant l'œuvre « dans son plus simple appareil ». Rappelons la phrase de Cioran qui ouvre le volume de ses Œuvres, premier titre de la collection : « Tout commentaire d'une œuvre est mauvais ou inutile, car tout ce qui n'est pas direct est nul » (Syllogismes de l'amertume). On ne peut être plus clair. Exemplaire est à ce titre l'édition d'À la recherche du temps perdu, en un seul volume (!), sans annotation ni préface. De sorte que « Quarto » se rapprocherait bien plus de la « Pléiade » de l'entre-deux-guerres, où la partie critique était des plus limitée, que de celle d'aujourd'hui. On pourrait voir une application graphique de ce précepte dans la clarté et la légèreté de la mise en pages des volumes. Mais d'autres distinctions éditoriales peuvent venir à l'esprit.
« Quarto » s'ouvre aux sciences humaines. C'est l'occasion, en collaboration avec les auteurs quand cela est possible, de mettre à jour une cohérence thématique par la réunion de leurs œuvres majeures et de leurs contributions dispersées, l'unité d'un questionnement et d'un parcours intellectuel. Aussi s'arrête-t-on, chez Duby, aux approches de la féodalité puis de l'art, dans ses rapports avec l'histoire culturelle et des représentations ; ou bien à l'idée même du Moyen Âge puis des personnages du Saint et du Roi avec Le Goff — enrichi sur ce dernier thème d'une préface inédite de l'historien.
« Quarto » livre des corpus, écartés par la « Pléiade », d'auteurs déjà « pléiadisés » (dixit Céline) : les nouvelles de Pirandello et d'Hemingway, le singulier Henri Matisse, roman d'Aragon… Pour d'autres, « Quarto » offre un cadre propice à la réunion d'une œuvre nombreuse (Tardieu, Desnos, Bouvier).

Il peut s'agir, parfois, d'un choix d'œuvres — tantôt suivant un parti-pris éditorial clairement exprimé (la collection s'est ainsi fait une spécialité des recueils de nouvelles : Aymé, Conrad, Hemingway, Pirandello), tantôt parce que les droits de l'œuvre intégrale n'ont pu être acquis (Duras). Il est des cas enfin où « Quarto » propose de nouvelles éditions d'œuvres déjà parues en « Pléiade » — des traductions nouvelles pour Plutarque et Polybe par exemple, ou encore la réunion des Écrits autobiographiques et du Docteur Jivago de Pasternak…
Il faut donc porter attention au travail de « Quarto » sur le fonds Gallimard. Si elle reprend, par exemple, l'édition Piroué des Nouvelles pour une année de Pirandello, elle la complète en donnant les volumes XIII à XV demeurés inédits. Ce faisant, elle rencontre le désir même de l'auteur, qui écrivait en 1922 : « En accord avec l'intention qui m'a suggéré ce titre, j'aurais désiré que le recueil entier formât un unique volume, un de ces volumes monumentaux tombés depuis longtemps en désuétude dans le domaine littéraire. » Souhait désormais exaucé — parmi d'autres (ainsi du rassemblement, illustré, du cycle Chaminadour de Marcel Jouhandeau, évoqué par l'auteur en 1948). Car chaque nouveau « Quarto » est un projet en soi.
La collection, sous la direction de Françoise Cibiel de 1995 à 2018, est désormais dirigée par Aude Cirier-Gouraud.

Quelques volumes de la collection Quarto.

Brèves

  • Le Journal de la France et des Français, fruit de sept ans de labeur, a été élu en 2001 deuxième meilleur livre de l'année par le magazine Lire.
  • 520 000 volumes vendus, 71 809 pages, 3 627 illustrations, 49 volumes, tel est au 31 janvier 2004 le bilan « chiffré » de la collection ; soit une moyenne de 75 illustrations pour des volumes de quelque 1500 pages.
  • Au début de la collection, les ouvrages étaient présentés sous emboîtage plastique transparent. La maquette d'origine avait été imaginée par Bernard Père.
  • À l'occasion du vingtième anniversaire de « Quarto » en novembre 2015, le livret  À la rencontre de Cioran est offert en librairie pour l'achat d'un volume de la collection. Une façon de rendre hommage au premier auteur de « Quarto ».

 Ils sont dans « Quarto » et dans la « Bibliothèque de la Pléiade »

Aragon – Marcel Aymé – Jules Barbey d'Aurevilly – Albert Camus – René Char – Cioran – Joseph Conrad – Alexandre Dumas – Marguerite Duras – Jean Giono – Ernest Hemingway – Victor Hugo – Michel Leiris – Guy de Maupassant – Melville – Montaigne

Boris Pasternak – Luigi Pirandello – Plutarque – Polybe – Marcel Proust – Rabelais – Arthur Rimbaud – Philip Roth – Alexis de Tocqueville – Paul Verlaine – Voltaire – Virginia Woolf

La philosophie, l’histoire et les sciences humaines dans « Quarto »

Hannah Arendt – Marc Bloch – André Chastel – Les Lieux de mémoire – Si les lions pouvaient parler. Essais sur la condition animale – Journal de la France et des Français. Chronologie politique, culturelle et religieuse de Clovis à 2000 – Georges Duby – Georges Dumézil

Michel Foucault – François Furet – Ernst Kantorowicz – Jacques Le Goff – Bernard Lewis – Mona Ozouf – Alain Peyrefitte – Plutarque – Polybe – J.B. Pontalis – Jean Starobinski – George Steiner – Alexandre de Tocqueville – Simone Weil

 Les auteurs anglo-saxons de « Quarto »

Saul Bellow – Paul Bowles – Truman Capote – Raymond Chandler – Joseph Conrad – John Dos Passos – William Faulkner – Dashiell Hammett – Chester Himes – Ernest Hemingway

Jack Kerouac – D.H. Lawrence – Bernard Lewis – Melville – Margaret Mitchell – Flannery O'Connor – Sylvia Plath – Philip Roth – George Steiner – Virginia Woolf

Les collections sources « Quarto »

Philosophie, sciences humaines, histoire 
Arcades – Archives – Bibliothèque des histoires – Bibliothèque des sciences humaines – Blanche – Les Documents bleus – Espoir – Les Essais – Folio histoire – Idées – Livres d’art – Mémoires du passé pour servir au temps présent – NRF Essais – Œuvres complètes de Tocqueville – Œuvres complètes de Simone Weil – Témoins – Trente journées qui ont fait la France – L’Univers des formes

Littérature
Albums pour enfants – Blanche – Bibliothèque de la Pléiade – Cartonnages d’éditeur – Du Monde entier – Folio – Métamorphoses – Poésie/Gallimard – Le Point du jour

Informations commerciales

Format : 140 x 205 mm.
Nombre de titres disponibles : 118
Nombre de nouveautés dans l’année : 6
Nombre de réimpressions de titres du fonds dans l’année : 10
Ventes nettes annuelles : 77 800 ex.
Prix de vente moyen : 29,65 €
Les 5 meilleures ventes du fonds :
Marcel Proust. À la recherche du temps perdu
Nicolas Bouvier. Œuvres
Patrick Modiano. Romans
Cioran. Œuvres
Georges Duby. Féodalité

Téléchargez la fiche de la collection (janvier 2012)

Les données concernant les ventes, les prix publics (TTC) et les réimpressions sont représentatives des quatre dernières années.
Mise à jour : novembre 2015
© Éditions Gallimard