Page précédente
  • Print

Michel Foucault (1926-1984)

Philosophe, historien des systèmes de pensée, archéologue du savoir, expérimentateur déclaré (« j’écris pour me changer moi-même »), homme engagé et penseur influent, Michel Foucault, fils de chirurgien, fut aussi un écrivain tranchant.

› Œuvres de Michel Foucault aux Éditions Gallimard

« Et j’ai beau dire que je ne suis pas un philosophe, si c’est tout de même de la vérité que je m’occupe, je suis malgré tout philosophe. » Michel Foucault, Dits et écrits, III

Affiche de librairie pour les Œuvres de Michel Foucault en Pléiade, 2015

Œuvres de Michel Foucault en Pléiade. Affiche de librairie,
 2015.

 

« Je n’oublie pas avec quelle générosité vous m’avez accueilli dans votre maison, malgré le caractère marginal de mon travail », écrit Michel Foucault à Claude Gallimard le 19 juin 1975. Après le refus de son Histoire de la folie en 1961 (malgré des lectures assez positives de Raymond Queneau et Jean Paulhan), Michel Foucault publie un essai sur Raymond Roussel dans la collection « Le Chemin » en mai 1963, puis donne à Pierre Nora son « archéologie des sciences humaines », Les Mots et les choses. Ainsi le structuralisme fait-il son entrée chez Gallimard en 1966. Michel Foucault y publiera trois ans plus tard L'Archéologie du savoir puis, en 1972, une nouvelle édition de Histoire de la folie à l'âge classique. Suivront ses travaux sur le système carcéral (Surveiller et punir, 1975) et les trois volumes de son Histoire de la sexualité, entre 1976 et 1984.

Titulaire de la chaire « Histoire des systèmes de pensée » au Collège de France, il enseigna également à l’université de Californie à Berkeley, où ses travaux s’inscrivirent dans la réception de la « French Theory ». Michel Foucault, dont l'essentiel de l'œuvre est publiée aux Éditions Gallimard, a fait son entrée dans la « Bibliothèque de la Pléiade » en novembre 2015.

« Je crois que nous vivons actuellement la grande coupure avec le XIXe siècle, avec tout ce début du XXe siècle, cette coupure au fond nous l’éprouvons comme non pas le refus, non pas le rejet, mais comme la distance prise à l’égard de Sartre. […] Toute l’entreprise de Sartre a été de vouloir rendre l’homme adéquat à sa propre signification, toute l’entreprise de Sartre consiste à vouloir retrouver ce qu’il y a dans l’existence humaine d’absolument authentique, il a voulu ramener l’homme à lui-même […] alors que nous […] nous voulons au contraire montrer que ce qu’il y a d’individuel, que ce qu’il y a de singulier, ce qu’il y a de proprement vécu chez l’homme, n’est qu’une sorte de scintillement de surface au-dessus de grands systèmes formels, et la pensée actuellement doit reconstituer ces systèmes formels sur lesquels flottent de temps en temps les nuages de l’existence propre. » Michel Foucault, 1966.

 

Michel Foucault, Les Mots et les choses, Gallimard, 1966 (« Bibliothèque des Sciences humaines »)

Les Mots et les choses, 1966.

Indications bibliographiques

Œuvres de Michel Foucault aux Éditions Gallimard

© Éditions Gallimard