Page précédente
  • Imprimer

Henri Michaux (1899-1984)

Henri Michaux commence à écrire en 1922 à la suite d'un pari. Il déjà publié une œuvre importante quand il est révélé par une célèbre conférence d'André Gide en 1941. Ses livres, proches du surréalisme, et cependant tout à fait singuliers, sont des poèmes, des descriptions de mondes imaginaires, des inventaires de rêves, une exploration des infinis créés par les substances hallucinogènes.

Affiche de librairie pour les œuvres de Michaux parues en « Poésie/Gallimard », 2014. Archives Éditions Gallimard

Michaux en « Poésie/Gallimard »,
affiche de librairie, 2014.

1899 — Naissance d'Henri Michaux le 24 mai à Namur en Belgique. Ses parents, Octave-Jean-Marie Michaux et Jeanne-Marie-Constance Blanke, sont chapeliers.

1900 — La famille s'installe à Bruxelles.

1906-1911 — Cinq ans au pensionnat de Putte Grasheide.

1911-1917 — Études secondaires chez les Jésuites, au Collège Saint-Michel de Bruxelles.Très bons résultats.

1919 — Michaux tente des études de médecine, qu'il abandonne, et s'engage comme matelot à Boulogne-sur-Mer.

1920 — Embarquement à Rotterdam sur le Victorieux. Amérique du Nord et du Sud.

1921 — Désarmement mondial de la Marine. Michaux est incorporé au régiment des grenadiers. École d'officiers de réserve. Réformé six mois plus tard.

1922 — Surveillant au pensionnat de l'Athénée à Chimay. Débuts littéraires à Bruxelles dans Le Disque vert, revue dirigée par Franz Hellens, puis dans les Écrits du Nord. Amitié avec Marcel Jouhandeau et Jules Supervielle.

1923 — Nomination comme professeur à Saint-Gilles. Publication d'un essai, Les Rêves et la Jambe.

1924 — Installation à Paris. Grosses difficultés financières. Rencontre avec Philippe Soupault et Tristan Tzara. Provisoirement, surveillant au pensionnat Saint-Jean-de-Passy, puis secrétaire de Supervielle. Rencontre avec André Breton.

1926 — Publication des « livres du mois », dans La Revue européenne ; « À travers l'infini plausible », dans Les Cahiers du Sud ; « Villes mouvantes », dans Commerce.

1927 — « Le Grand Combat », premier texte dans La NRF. Premiers dessins.

1928 — Long voyage en Équateur, passage au Pérou, au Brésil. Santé fragile, premières prises de drogues.

1929 — Retour en France. Parution en juillet d'Ecuador. Journal de voyage, à la Librairie Gallimard. Profonde amitié avec Jacques-Olivier Fourcade, qui publie Mes Propriétés en novembre.

1930 — Mort de son père en mars, puis de sa mère deux semaines plus tard. Henri Michaux fait de nombreux voyages dans le pourtour méditerranéen. Inspiration pour Un certain Plume, qui parait en novembre aux Éditions du Carrefour.

Henri Michaux, Un barbare en Asie, Gallimard, 1986 (« L'Imaginaire »)

Un barbare en Asie repris
dans « L'Imaginaire »,
1986.

1932 — Long voyage en Asie (Inde, Indonésie, Chine, Japon, Singapour, Java, Bali, Égypte). Il reste en contact avec Jean Paulhan et Jules Supervielle. Retour à Paris fin août. Rolland de Renéville consacre une étude sur Michaux dans La NRF en novembre.

1933 — Parution chez Gallimard d'Un barbare en Asie en janvier. Nombreux déplacements en France et en Belgique.

1934 — Voyage en Espagne, rencontre avec Dalí et André Masson ; puis séjour au Portugal , pays qui l'enthousiasme. Début d'écriture de Voyage en Grande Garabagne.

1935 — Retour en France début février. Parution de La Nuit remue en avril, chez Gallimard. Michaux entre au comité de rédaction de Mesures, qui publie un de ses textes. Liaison avec Marie-Louise Ferdière.

Henri Michaux, Voyage en Grande Garabagne, Gallimard, 1936 (« Métamorphoses »). Archives Éditions Gallimard

Voyage en Grande Garabagne,
premier volume de la collection
« Métamorphoses », 1936.

1936 — « J'ai trouvé ma façon de peindre ». Découverte heureuse de la gouache, Michaux aimera beaucoup y travailler dans la maison des Fourcade, à Meudon. Entrée au comité de rédaction de la revue belge Hermès. Contact avec Henri Parisot. Parution, en février, de Voyage en Grande Garabagne, premier volume de la collection « Métamorphoses » dirigée par Jean Paulhan chez Gallimard. En mars, séjour chez Aline Mayrisch à Colpach, au Luxembourg. Premier livre illustré de dessins, Entre centre et absence, en mai. Voyage en Argentine, rencontre avec Victoria Ocampo (Revue Sur) et Borges ; Uruguay en septembre.

1937 — Plusieurs séjours à Colpach où il travaille notamment pour Hermès (soutenue financièrement par Aline Mayrisch). Première exposition de gouaches à la galerie Paul Magné. Début de collaboration à Verve, revue fondée par Tériade.

1939 — Parution de Peintures, premier recueil de poèmes et de peintures. Voyage au Brésil, où Marie-Louise vient le rejoindre.

1940 — Retour France, à Meudon. Exode en zone libre (Saint-Antonin, Le Lavandou, Marseille). Nombreux séjours à la Messuguière, à Cabris, chez Mme Mayrisch.

1941 — Michaux, comme étranger, ne peut pas revenir en zone occupée. Il rencontre André Gide. Parution en juillet de Découvrons Henri Michaux, texte d'une conférence, qui ne fut pas prononcée, de Gide. Au pays de la magie, parait en novembre.

1942 — Parution d'Arbres des tropiques en mars. Rencontre avec l'éditeur René Bertelé en avril. Exposition de peintures à Paris, à la galerie de l'Abbaye, jugée scandaleuse par l'École des beaux-arts. Michaux ne peut être présent.

1943 — Retour à Meudon en juillet, puis installation à Paris en septembre, avec Marie-Louise désormais divorcée. Ils se marient en novembre.

1944 — Parution de L'Espace du dedans, en février. Rencontre avec Dubuffet. Exposition à la galerie Rive gauche.

1945 — Nombreux voyages en Europe. Mort de son frère le 30 mai. Parution de Épreuves, Exorcismes en décembre.

1946 — En avril, parution de Apparitions, aux éditions du Point du Jour. Après divers séjours en France (Cambo-les-Bains, Saint-Gervais) et à Bruxelles, Michaux s'installe à Vanves en septembre.

1947 — Michaux assiste à la conférence d'Artaud au Vieux-Colombier. Voyage des Michaux en Égypte.

1948 — À la suite d'une longue tuberculose, puis d'une grave brulure accidentelle, Marie-Louise décède le 23 février. Parution d'Ailleurs, qui regroupe de larges extraits de  Voyage en Grande Carabagne, Au pays de la magie et Ici, Poddema, en mars. Le 17 avril, vernissage de l'exposition de la galerie Drouin (165 dessins à la plume sur lavis d’aquarelles)

1949 — Parution en juin de La Vie dans les plis. Découverte du « secret » de la peinture à l'huile.

Henri Michaux, Passages, Le Point du Jour, 1951. Archives Éditions Gallimard

Passages aux Éditions du Point
du Jour de René Bertelé, qui  fut
aussi l'éditeur de Jacques Prévert.

1950 — En décembre, parution de Passages, qui regroupe la plupart des textes que Michaux a consacré à l'art.

1951 — Parution de Mouvements, en décembre, conçu à partir d'une centaine de « pages de signes ».

1954 — En mars, parution de Face aux verrous. Michaux est naturalisé français le 27 août.

1955 — Période d'expérimentation de diverses drogues (haschich, L.S.D., mescaline, ritaline, psilocybine) sous surveillance médicale ou amicale.

1956 — Parution en janvier de Misérable Miracle. Exposition à la librairie-galerie La Hune consacrée aux dessins mescaliniens.

1959 — Fréquente régulièrement Cioran. Parution en mai de Paix dans les brisements. En octobre, exposition chez Daniel Cordier. Celui-ci devient le nouveau galeriste de Michaux, qu'il exposera jusqu'en 1965.

1961 — Parution en juin de Connaissance par les gouffres, troisième grand livre sur les expériences de drogues. Rencontre avec Micheline Phankim.

1962 — Parution de Vents et Poussières en juin.

Alfred Pacquement, Henri Michaux, Gallimard, 2006

Monographie de l'œuvre
peinte de Michaux par
Alfred Pacquement, 2006.

1963 — Nombreuses expositions à travers le monde (Londres, New york, Rome, Stockholm, Montréal, Munich). Plusieurs voyages au Maroc, puis en Inde (reçu par Octavio Paz, alors ambassadeur du Mexique) et au Népal. Michaux entreprend la réedition de ses anciens recueils publiés chez Gallimard, en y apportant souvent d'importantes modifications. Il y travaillera jusqu'en 1972.

1964 — Première rétrospective d'ensemble au Stedelijk Museum d'Amsteram, organisée par René Bertelé. Textes de René Bertelé, Christian Bonnefoi et Henri Michaux.

1965 — Grande rétrospective au Musée d'Art moderne de la ville de Paris en février-mars (250 dessins et peintures). Michaux refuse le Grand Prix national des Lettres qui lui est attribué le 30 novembre.

1966 — Voyage en Asie en décembre. Premier grand hommage collectif : Les Cahiers de L'Herne consacrent un numéro à Michaux.

1971 — Parution en février de Poteaux d'angle.

1972 — En septembre, parution d'Émergences, Résurgences.

1974 — Par la voie des rythmes parait en mars.

1975 — Des expositions lui sont consacrées dans le monde entier, qui seront de plus en plus nombreuses pendant les dix années à venir.

1980 — Michaux se rompt le tendon d'achille à Lausanne, événement qui est à l'origine de Comme un ensablement, qui paraît un an plus tard.

1983 — Michaux assiste à une conférence de Borges au Collège de France.

1984 — Parution en mai de Par des traits, dernier livre publié de son vivant. Le 19 octobre, Michaux meurt à l'hôpital des suites d'un infarctus.

1985 — Plume, premier volume de Michaux, est repris en poche dans la collection « Poésie/Gallimard ».

1998 — Parution du premier volume des Œuvres complètes Michaux dans la « La Bibliothèque de la Pléiade », sous la direction de Raymond Bellour. Le second parait en 2001, le troisième en 2004.

Bibliographie indicative

› Œuvres d'Henri Michaux aux Éditions Gallimard

  • Jean-Pierre Martin, Henri Michaux , Gallimard, 2003 (« NRF Biographies »).

Livres d'art

© Éditions Gallimard