Autour du livre

  • Actualités
    • Paul Morand

      Une biographie événement consacrée à Paul Morand et son Journal de guerre, jusqu'alors inédit, sortent en librairie cet automne.

      Lire la suite
  • Dans les médias

    « Dans le Journal de guerre, admirablement édité, non seulement l’homme a envahi l’œuvre, mais l’homme a changé [...]. Ces mille pages, dont la moitié au cœur de l’État français et de la solution finale française, constituent un document historique sans équivalent. C’est aussi une des lectures les plus nécessaires et les plus difficiles qui soient. À la recherche d’un temps à ne pas retrouver. » Jean-Pierre Salgas, En attendant Nadeau, 6 janvier 2021

    Ce journal « ne manque pas, en effet, d'intérêt. Il vient notamment contredire la petite musique selon laquelle Pétain aurait protégé les juifs français. » Politis, 10-16 décembre 2020

    « Ce Journal de guerre, de nature à passionner les historiens, restait la pièce manquante et accablante d’un puzzle d’ombres et d’indignité. Le motif reconstitué saute aux yeux. Il n’est que trop clair et vient confirmer ce que nous savions déjà. Vouloir séparer l’homme de l’œuvre n’aurait ici aucun sens. Chez Paul Morand, tout est lié. » La Croix, 3 décembre 2020

    « Ce journal intime est [...] une mine d’or par sa dimension historique. Car dans ces années sombres, Morand, comme le rappelle Bénédicte Vergez-Chaignon, a été "l’un des très rares à avoir été en situation de participant" aussi bien à Londres (avant comme après l’armistice) qu’à Paris et à Vichy. » Samuel Douhaire, Télérama, 7-13 novembre 2020

    « Le célèbre romancier nous offre l’un des plus édifiants témoignages jamais parus sur le régime de Vichy et Pierre Laval, son chef à la fois tout puissant et aboulique entre 1942 et 1944. […] Cet ensemble […] compose cette remarquable édition critique assurée par l’historienne Bénédicte Vergez-Chaignon. […] À qui douterait de l’inanité historique de la théorie du "moindre mal" (en vertu de laquelle le gouvernement de Vichy n’aurait livré les juifs apatrides aux nazis à l’été 1942 que pour sauver les juifs français exigés par l’occupant et en ignorant le sort fatal qui attendait les déportés), on ne pourrait que conseiller de se reporter aux pages du Journal de guerre consacrées au "problème juif". D’une authenticité incontestable, ces notations de première main révèlent un état d’esprit accablant, mêlant cynisme hâbleur, mauvaise conscience agressive et humour poisseux. Le vase clos de Vichy dans ce qu’il avait de pire. »
    Laurent Joly, Le Monde des Livres, 6 novembre 2020.

    « Ce volume apprend beaucoup, aussi, sur l’histoire de l’État français, spécifiquement sur la période où Laval est pour la deuxième fois chef du gouvernement. Il se vérifie notamment que personne ne se faisait d’illusions, à Vichy, sur le sortdes Juifs déportés. » Jean Sévilla, Le Figaro magazine, 6-7 novembre 2020

    « Le lecteur sera surtout surpris par l’aveuglement des dirigeants de l’État français. Alors que la défaite de l’Axe, après El Alamein puis Stalingrad, ne fait plus aucun doute, Laval et Morand croient encore à la victoire du Reich. […] Le journal  constitue donc un précieux témoignage pour qui s’intéresse à la vie politique et littéraire de ces années de tourmente. Il montre bien le dévoiement d’une partie des élites françaises, aveuglées par le carriérisme, le cynisme, le pacifisme et l’antisémitisme. »
    Olivier Wieviorka, Libération, 5 novembre 2020

    « Tant pis pour les nostalgiques de Vichy. Et tant mieux pour l’Histoire. » Gilles Martin-
    Chauffier, Paris-Match, 5-11 novembre 2020

    « Dans le fonds légué par Paul Morand à la Bibliothèque nationale reposait une pépite : son journal, tenu de 1940 à son exil en Suisse. La publication du premier tome des notes de ce témoin privilégié de la collaboration d’État constitue un "document pour l’histoire", observe à juste titre Bénédicte Vergez-Chaignon, à qui l’on doit cette édition érudite et soignée. » Emmanuel Hecht, Lire-Magazine littéraire, novembre 2020

    « Laval-Morand : on voit mal a priori ce qui a pu rapprocher l’Auvergnat sans grande culture et le cosmopolite raffiné. Et pourtant, l’homme à la cravate blanche a été l'une des rares fidélités de Paul Morand. » Éric Roussel, Le Figaro littéraire, 29 octobre 2020

    « La publication du Journal de guerre [...] est capitale à double titre : la découverte d’un document de cette ampleur, par la qualité de son auteur et l’importance de son témoignage, est à peu près certainement la dernière du genre ; et aucun document de ce type, sur cette période, n’a paru sans avoir jamais été retouché ni même relu, ce qui confère à celui-ci une valeur unique. [...] Dans une substantielle présentation et une précieuse annotation, l’historienne, spécialiste de l’Occupation, Bénédicte Vergez-Chaignon expose l’apport considérable du Journal à la connaissance et à l’appréciation de la période et de ses acteurs, et l’originalité de son éclairage. Le lecteur ordinaire, lui, suit pas à pas, avec une délectation affligée, tant l’intérêt se maintient tout au long, la dégradation quasi chimique d’un diplomate aveuglé, d’un écrivain fourvoyé et d’un homme indifférent. » Laurent Theis, Le Point, 29 octobre 2020

  • Imprimer

Journal de guerre

. Londres - Paris - Vichy (1939-1943)
Collection Les Cahiers de la NRF, Gallimard
Parution : 05-11-2020
1040 pages, 152 x 240 mm
Achevé d'imprimer : 01-10-2020

Genre : Mémoires et autobiographies Thème : histoire /politique, économie
Sous-thème : Temps présent (1914 – XXe s.) Catégorie > Sous-catégorie : Littérature française > Mémoires et autobiographies
Époque : XXe siècle
ISBN : 9782070785964 - Gencode : 9782070785964 - Code distributeur : A78596

Acheter

Recherche des librairies en cours...

du même auteur

À découvrir également

  • 1/