• Imprimer

Anniversaire « Les Cahiers de la NRF »

« Les Cahiers de la NRF », qui rassemblent des documents d'histoire littéraire du XXe siècle, fêtent en 2017 leur 25e anniversaire. En librairie ce printemps : la correspondance entre Jacques Prévert et son éditeur René Bertelé ; les articles politiques de Maurice Blanchot parus dans les années trente et réunis pour la première fois en volume ; et les actes du colloque consacré à l'art de la mise en scène dans la vie et l'œuvre d'André Gide, Jacques Copeau et Jean Schlumberger, fondateurs de La Nouvelle Revue française et animateurs du théâtre du Vieux-Colombier.

25e anniversaire des Cahiers de la NRF

Nouveautés

René Bertelé, Jacques Prévert

Éditer Prévert. Lettres et archives éditoriales, 1946-1973

René Bertelé crée les Éditions du Point du Jour le 10 janvier 1946 à Paris. Quelques semaines plus tard, il fait paraître à cette enseigne Paroles, premier recueil poétique de Jacques Prévert. Déjà reconnu pour ses scénarios de films, ses textes de chanson et son théâtre militant, Jacques Prévert n’a encore publié ses textes littéraires que dans des revues confidentielles. René Bertelé réunit et ordonne ces éléments épars puis devient, d’un recueil à l’autre, le principal éditeur du poète – et l’un de ses plus proches amis. Malgré le succès immédiat de Paroles, le Point du Jour ne dispose pas des ressources nécessaires pour développer ses activités. Gaston Gallimard, très désireux d’accueillir les œuvres de Jacques Prévert dans sa maison, rachète le Point du Jour le 27 juillet 1949. Il confie à René Bertelé, désormais directeur de collection à la NRF, le soin de l’enrichir de nouveaux titres.
Les lettres, reproductions de collages, petits dessins, maquettes et autres documents éditoriaux révèlent le patient travail qu’a exigé la mise au point des recueils de Jacques Prévert, en toute complicité.

Édition établie, présentée et annotée par Delphine Lacroix, illustrée de nombreux documents en couleurs.

La presse en parle

« En lisant la correspondance des deux hommes, dans laquelle s'immisce un Gaston Gallimard attentif, on découvre un poète qui procrastine, rêve et sollicite des avances d'argent, quand l'éditeur invente mille ruses afin que naissent des livres cohérents. II n'est pas aisé de restituer la vie d'une œuvre, de sa genèse à sa réception et sa transmission, remarque Delphine Lacroix, qui s'est chargée de la publication de ses lettres, passionnantes. L'histoire littéraire est comme accompagnée d'une sempiternelle fiction. » Frédérick Casadesus, Réforme, avril 2017

Présentation détaillée du livre

Maurice Blanchot

Chroniques politiques des années trente (1931-1940)

Cette édition présente pour la première fois les articles politiques signés par Maurice Blanchot dans l'entre-deux-guerres. Avant même d’adresser à Jean Paulhan son premier roman Thomas l’obscur (1941), Blanchot était déjà l’auteur de plusieurs centaines d’articles destinés à des publications telles que La Revue Universelle, Le Journal des Débats, Le Rempart, Aux Écoutes, Combat et L’Insurgé.
Véritable chronique des années trente, ces articles témoignent de la volonté de ressaisir dans l'actualité les moyens d'agir sur elle. Blanchot voudrait en finir avec la « France corrompue » et affirme, comme pour précipiter le destin des mouvements « non conformistes » de l'époque, que seule la révolution est urgente et « nécessaire ».
Ce volume offre aux Écrits politiques, 1953-1993 (2008), la contradiction de « l’autre Blanchot » (Michel Surya, 2015), dont le positionnement politique, pour être inverse, n’en est pas moins radical.

Édition de David Uhrig.

La presse en parle

« Bien des écrivains, philosophes ou artistes se risquant à une parole politique finissent par être rattrapés par leur itinéraire ou leurs dérives. Ne serait-ce que parce que celles-ci n'ont pas entraîné qu'eux mais aussi leur public. Tel fut le cas de Maurice Blanchot (1907-2003), l'un des plus grands critiques français du XXe siècle. La publication intégrale des chroniques politiques livrées par le jeune Blanchot à la presse nationaliste d'avant guerre donne enfin la mesure exacte de cette dérive. » Nicolas Weill, Le Monde des livres, 28 avril 2017.

« II ne doit pas rester beaucoup de textes inédits de Maurice Blanchot (1907-2003). [...] seul demeurait épars, et incomplet, difficilement accessible, l'ensemble de ses articles parus dans la presse d'extrême droite avant la Seconde Guerre mondiale. Ils sont à présent disponibles. Gallimard publie Chroniques politiques des années trente 1931-1940. À défaut d'être d'une lecture continûment palpitante, c'est un document important. » Claire Devarrieux, Libération, 27 avril 2017

Présentation détaillée du livre

Gide, Copeau, Schlumberger. L’art de la mise en scène

Les Entretiens de la Fondation des Treilles

Avec la fondation de La NRF en 1909 et du théâtre du Vieux-Colombier en 1913, André Gide, Jacques Copeau et Jean Schlumberger, œuvrant ensemble au renouveau de la littérature et du théâtre, n’ont cessé d’appliquer l’art de la mise en scène dans leur vie comme dans leur œuvre. Bien que réticent à l’expérience de la représentation scénique, Gide considère le théâtre comme l’un des lieux où peut s’exposer le drame intime, s’adonnant à l’écriture dramatique et conversant avec son ami Copeau sur les questions de mise en scène. Le Vieux-Colombier lui offre aussi un lieu de rencontre avec le public, où conférences et lectures voisinent avec le répertoire classique et contemporain. Quant à Copeau et à sa troupe, ils bénéficieront de l’appui durable de Schlumberger.
Les contributions du présent recueil, s’appuyant sur les fonds Gide et Schlumberger de la Fondation des Treilles, montrent l’implication des trois hommes dans cette entreprise de rénovation active et de réflexion. Elles sont suivies de quelques lettres inédites échangées entre Copeau et Schlumberger.

Textes réunis par Robert Kopp et Peter Schnyder.

Présentation détaillée du livre

Feuilleter

Chroniques politiques des années trente

(1931-1940)

Maurice Blanchot

book

En librairie

  • 1/